L'ORIGINE DU TERRAZZO / GRANITO


L'ORIGINE DU TERRAZZO / GRANITO


Un terme énigmatique, des consonances italiennes et une histoire riche. Focus sur le terrazzo, un revêtement qui fait encore couler beaucoup d’encre. 

Qu’est ce que le terrazzo ? 

Shiro Kuramata, designer japonais a fait du terrazzo sa signature et l’a poétiquement nommé “les débris de nos souvenirs”. Il faisait alors référence à la multitude de matières réduites en fragments et éclats pour habiller le terrazzo. 


Des coquillages nacrés, du verre de Murano, des fragments d’ardoises, des pierres précieuses et des granulats de marbre multicolores parsèment avec allégresse les compositions de terrazzo.


Le Granito, ou encore Terrazzo, 

  • Ode à Venise 

La cité des Doges a consacré la culmination esthétique du savoir-faire d’exception que constitue le terrazzo. 

Au XVème siècle , le terrazzo apparaît pour les artisans vénitiens comme un substitut à la mosaïque traditionnelle. 

Le terrazzo doit son nom à une bourgade italienne au cœur de la Vénétie dénommée terrazzo. Le revêtement graphique aurait conservé l'appellation de cette commune de Vérone. 


Le terrazzo connaît au XIIIe siècle son heure de gloire. Il orne les palais vénitiens aussi connus sous la dénomination “ palazzo”.


Le Palais de Doges ainsi que les Palazzo Grassi et Rezzonico sont les chefs d'œuvres architecturaux de Venise et ont cette particularité de présenter des sols vêtus d’un terrazzo qui a triomphé sur le temps (en termes de durée comme de climat). Depuis plus de 800 ans, ils sont les porte-paroles d’un terrazzo somptueux.  


Comment est apparu cet aspect du Granito ? 


Pour les ménages les moins fortunés, les artisans italiens réalisaient les sols extérieurs avec un réel souci d’économie. Ainsi les lieux de passage étaient pavés d’un mélange de terre et de bris de matériaux divers (briques pilées...) qui étaient compressés. 


Au fil du temps, la circulation des personnes sur ces sols faits de toutes pièces a engendré une érosion (que l’on peut assimiler à un ponçage naturel) et par la même occasion a révélé une surface lisse qui présentaient des caractéristiques esthétiques intéressantes.


C’est pour cette raison que le terme terrazzo signifie à l’origine remblai ou terrasse. On retrouve dans ces termes l’usage premier du terrazzo. Il s’agissait avant tout d’une opération de terrassement avec la terre comme matière première et avec finalité la création d’un sol particulièrement approprié aux terrasses. 




Crédits : Photos: Pavimenti alla Veneziana – Antonio Crovato – Edizioni Grafi – 1999


Les ajouts de granulats de marbre ont constitué l’étape suivante dans la création de ce savoir-faire. Ces éclats et fragments de marbre ont apporté au mélange initial une brillance qui a fait la légende de ce revêtement que l’on connaît aujourd'hui sous la dénomination de terrazzo. 


Au Moyen-âge, période à laquelle Venise est l’une des principales puissances commerciales d’Occident, le savoir-faire relatif au terrazzo évolue en termes de finesse des granulats utilisés dans les conceptions. 


En effet, l’exploitation des carrières de marbre dans la région de Vérone est impulsée par des besoins architecturaux croissants. Cela a permis aux artisans de développer leurs expertises, de cultiver un savoir-faire d'exception et d’affiner cette esthétique unique propre au terrazzo. 


Si l’on s'intéresse aux composants utilisés, il est possible d’identifier le liant qui était le fruit d’une mixtion de terres cuites broyées et de chaux aérienne aux qualités isolantes et décoratives. Les granulats de marbres étaient parsemés et mélangés vigoureusement dans ce mortier. 


L’outil de prédilection de l’artisan pour poncer uniformément la composition est connu sous le nom d’ “orso”. Cette ponceuse manuelle était constituée d’une meule à grains en pierre, accrochée à un axe horizontal (il s’agissait le plus souvent d’un manche en bois). 

Ce dispositif technique permettait aux artisans d’éroder et polir la surface recouverte du mélange en granito. La surface poncée était dès lors recouverte d’huile de lin, connue pour ses propriétés nourrissantes, afin d’en garantir la protection et durabilité au fil des siècles. L’huile de lin était utilisée car elle permettait de protéger les surfaces tout en préservant l’éclat et la brillance qui ont rendu au terrazzo ses lettres de noblesses. 


Historique du terrazzo 


  • Les années 1920 : le terrazzo à l’honneur 

Le mouvement Art Déco consacre le terrazzo comme un must have. Ses couleurs enthousiasmantes et la pluralité des matières qui le composent contribuent à son épanouissement dans ce courant artistique.  


Après cette période de gloire , il devient "kitsch' “tombe dans l’oubli face à l’éclosion de nouvelles tendances.


  • Les eightees : 

Le terrazzo renaît de ses cendres avec le Mouvement Memphis, un courant d’architecture et de design italien initié en 1980 à Milan par Ettore Sottsass, le célèbre architecte italien.   


Le terrazzo rejoint le mouvement Memphis dans son aspiration à la liberté et un attachement profond à une sorte de panaché d’esthétiques, styles et matières. Le terrazzo est avant tout une explosion de couleurs librement disséminée à travers la composition.


Des pièces d’art ont émergé de cette rencontre entre le mouvement Memphis et le terrazzo. 


- La table d’appoint Kyoto (1983), édition Memphis Milano de Shiro Kuramata (1934-1991), designer japonais. 

Une œuvre confectionnée avec un terrazzo hybride, le “Star Piece” et un amour certain pour la couleur. 



© wright20 © literature: Shiro Kuramata 1934-1991, 

Hara et al., fig. 28, ppg. 78, 165



-La Bibliothèque Casablanca (1981), d'Etorre Sottsass (1917-2007), l'une des figures emblématiques du courant Memphis.

Un totem moucheté flashy, le fameux motif “bacterio”, un graphisme unique et une référence à la célèbre chanson de Bob Dylan « stuck inside of mobile with the memphis blues again».



© Laffanour Galerie Downtown, Paris. 2020



2013 : Le Terrazzo Project 


2013 est une date charnière pour le terrazzo car il est protagoniste principal d’une collection inédite exposée à la Tools Galerie (Paris). 

Initié par deux designers canadiens Philippe-Albert Lefebvre et Stéphane Halmaï-Voisard, le terrazzo project met en valeur le terrazzo appliqué à du mobilier. 

Ce projet inaugure des jeux de transparence dans le terrazzo pour des tables de salle de séjour, luminaires et autres pièces du quotidien. Les deux designers ont donné une résonance moderne à un savoir-faire artisanal antique en réalisant des prouesses techniques en termes d'allègement du terrazzo, du moulage de la matière ainsi que de la découpe 3D. Verre de Murano et marbre de Carrare sont à l’honneur dans un terrazzo moderne. 






 © Terrazzo project © ichetkar (2013)



La vision du Jardin des Matières sur Le terrazzo : 


Pour Le Jardin des Matières, le terrazzo est un univers à part entière dans lequel on retrouve l’authenticité de la matière, des jeux de composition sans fin.

Le Jardin des Matières a la  volonté de préserver un artisanat unique dont l’histoire et la technique sont riches tout en lui apportant une résonance moderne. 

Cela s’ancre notamment dans la création de compositions originales, sur-mesure et accompagnée d’une expérience sensorielle unique. 



Compositions terrazzo du Jardin des Matières


Cliquez pour retrouvez le Jardin des Matières sur Instagram, Pinterest et Facebook


Rendez-vous sur notre site boutique.



?

Une question, un besoin ?

Nous sommes à votre écoute !

* Champs obligatoires